28 September 2016

Un espion pendu

Voici une anecdote tirée de J.C.B. au sujet d'un espion qui est capturé juste avant la reddition de Montréal en 1760. Je dois double vérifier auprès d'autres sources dans l'optique de ma thèse de doctorat (surtout que J.C.B. n'était pas un témoin direct). Fascinant malgré tout!

Je cite ici une anecdote arrivée avant la prise de Montréal. Il y avait cinq jours que le général Murray était avec sa flotte monté de Québec et en présence où à la vue de Montréal; il attendait avec impatience l’armée du général Amherst lorsqu’il prit le parti de lui envoyer un espion qui était un Canadien, homme d’assez mauvaise figure et qui plus est contrefait, ce qui est contre l’ordinaire des habitants du pays généralement bien faits. Cet homme se présenta seul dans un petit canot au camp des Français établi à une demi· lieue de la ville; il s’arrêta à une tente, demanda à manger, fit plusieurs questions et entre autres s’informa de combien d’hommes l’armée française pouvait être composée; son air libre et ses questions donnèrent du soupçon aux soldats auxquels il s’adressa et comme ils ne le satisfirent pas, il passa à une autre tente où il ne fut pas plus satisfait, enfin il alla à une troisième où il fit les mêmes questions. Un soldat qui l’avait suivi par soupçon lui ayant entendu faire les mêmes demandes en avertit aussitôt son sergent qui interrogea cet homme qu’il ne trouva pas régulier dans ses réponses; alors il le fit garder à vue sans qu’il s’en douta et fut de suite en avertir le général Bourlamarque qui fit venir cet homme devant lui l’interrogea et le soupçonnant être un espion, il le fit fouiller et déshabiller; comme on ne trouva rien dans ses habits, on lui ôta sa chaussure et l’on trouva dans le pied de ses bas deux petites lettres ployées du chaussons et sans cachets; le général en prit lecture, c’était des invitations au général .Amherst pour qu’il se pressa d’avancer pour faire par terre le blocus de la ville, qu’on attendait après lui pour commencer le siège à tel jour et heure indiqués. Sur la vue de ces lettres le général Bourlamarque acquit la conviction de l’espionnage et donna l’ordre de pendre cet homme, ce qui fut exécuté sur le champ.

CASGRAIN, H.R. (éditeur). Voyage au Canada dans le nord de l'Amérique septentrionale fait depuis l'an 1751 à 1761 par J.C.B., Québec, Imprimerie Léger Rousseau, 1887. pp. 192-193.

27 September 2016

Trois nouvelles lectures

Cet automne, je m'achète trois nouveaux livres et je vous encourage à faire pareillement. D'abord, le nouveau livre de Peter MacLeod, Backs to the Wall. Il s'agit de la suite en quelque sorte de son Northern Armageddon traduit en français sous le titre La vérité sur la bataille des plaines d'Abraham. Cette fois-ci, l'auteur aborde en détail la bataille de Sainte-Foy. Ensuite, Gilles Havard vient de publier son oeuvre Histoire des coureurs de bois. Enfin, pour dessert si l'on veut, Jacques Terpant nous offre en octobre le deuxième tome des aventures de Capitaine Perdu. Mes lecteurs assidus se rappelleront que j'ai déjà écrit un compte rendu au sujet du premier tome. Bref, une rentrée littéraire à ne pas rater! Et vous, quelles nouveautés nous recommandez-vous?

Cliquez sur les couvertures ci-dessous pour plus information sur les titres mentionnés.

     



21 September 2016

Un moment de tendresse

En fouillant ma banque d'images historiques, je me suis arrêté quelques secondes pour admirer cette toile de Joseph Vernet datant de 1749. Je n'ai pu m'empêcher de partager mon détail préféré, celui d'un couple qui se retrouve après le long voyage maritime de l'homme.



20 September 2016

Le mariage n'est pas pour tout le monde...

Anecdote de 1759 tirée de CASGRAIN, H.R. (éditeur). Voyage au Canada dans le nord de l'Amérique septentrionale fait depuis l'an 1751 à 1761 par J.C.B., Québec, Imprimerie Léger Rousseau, 1887. pp. 171-172 :
Au milieu des plaisirs de l’hiver dont j’étais occupé et qui sont ainsi que je l’ai déjà dit les bals et les courses en carioles ou traîneaux sur la neige et la glace, il me fut proposé un mariage avec une demoiselle d’une famille honnête assez bien alliée mais peu fortunée; je fus même sollicité par ses proches parents, je refusai ne me sentant point d’inclination et d’ailleurs en me persuadant que cette proposition n’avait lieu qu’à cause de la petite fortune que je possédais, cependant à force d’être tourmenté je finis par donner mon consentement, je fis par conséquence la folie de louer provisoirement une maison toute entière; je fis plus, j’y mis pour dix mille francs de mobilier et y logeai ensuite la mère et la fille, car cette mère était veuve, je n’avais rien dit à mes amis de mon projet; mais ils ne tardèrent pas d’en être instruits et d’employer plusieurs moyens pour me faire rompre ma promesse, il me fut fait des remontrances de la part de mes supérieurs; alors je me déterminai, après deux mois de résistance, à rompre ma promesse qui à la vérité n’était que verbale; mais il s’agissait de retirer mon mobilier qui se trouvait sous la garde de la mère et de la fille par ma maladresse qui ne m’était pas facile, parce que j’étais instruit qu’on était convenu dans la famille de s’y opposer en regardant mon mobilier comme une indemnité de mon dédit. Cependant, il me fallut user de ruse et je parvins à l’enlever en vertu d’un ordre supérieur et à l’aide de mes amis, et désirant montrer de la générosité dans mon procédé je laissai quelques meubles dans la maison, je fus ensuite payer le loyer et donner congé; je me trouvai avoir dépensé dans cet hiver y compris mon mobilier la somme de quinze mille francs. 

18 September 2016

The Revenant That Won't Go Away...

This is now the third time I bring up the movie, The Revenant. Our friends at ActiveHistory.ca have come up with four fascinating blog posts regarding the movie. I thought my readership might enjoy reading them, following the movie's controversial take on the fur trade and Hugh Glass' life:

13 September 2016

Twitter

Juste un petit rappel que vous pouvez me suivre également sur Twitter!
Just a little reminder that you can also follow me on Twitter!




08 September 2016

Timbre: Dame blanche de la Chute Montmorency


Pour une troisième fois, Poste Canada émet une série de timbres sous le thème du Canada hanté.  Après Louis de Buade, comte de Frontenac, et La Corriveau, c'est au tour de la Dame blanche de représenter la Nouvelle-France surnaturelle! 

J'ai hâte d'aller acheter la série pour compléter ma collection! 

N.B. Et sans commentaire de ma part sur l'habit de la dame en question... je laisse ça au domaine de mon amie Mlle. Canadienne pour un billet potentiel! SUIVI: Elle l'a commentée! Lire ici.

N.B. 2: Néanmoins, je remarque qu'être blonde, elle me ferait penser à Alice Munro dans Le Dernier des Mohicans (1992)...